Nouvelle session de dessin : « Un Tango vers l’Abstraction »

Le tango m’a fascinée et m’a donné envie de me lancer dans une nouvelle  série de dessins au pastel. Si la découverte vous tente, suivez-moi :

Un dimanche soir, Plaza Dorrego à Buenos Aires, la fin d’une chaude journée. Des guirlandes d’ampoules colorées s’allument dans la nuit. Un haut-parleur se met soudain en marche et lance une vieille chanson de Carlos Gardel à la foule de passants qui s’assemblent en cercle.

Lui, le latino des clichés, l’oeil noir et rieur, un air assumé de mauvais garçon, les cheveux attachés en grande tresse pudiquement cachée dans la chemise, l’incontournable costume rayé s’avance langoureusement vers Elle.

Elle, beauté du sud, pleine d’une assurance faite d’un mélange de malice et d’immense sensualité. Femme fatale, mais accessible, à la robe rouge et aux chaussures haut perchées.

Ils entament doucement leur danse et les détails des corps et des tenues sont encore visibles. Les pas s’enchaînent dans un rythme lent, les gestes sont décomposés.

Un Tango vers l'Abstraction, N°1, pastel sec

Un Tango vers l'Abstraction, N°1, pastel sec

Puis, le mouvement s’accélère et prend le pas sur le détail des corps.
Un Tango vers l'Abstraction, N°2, pastel sec

Un Tango vers l'Abstraction, N°2, pastel sec

Et sur les rétines, il ne reste finalement que la fusion des couleurs éclatantes.

Un Tango vers l'Abstraction, N°3, pastel sec

Un Tango vers l'Abstraction, N°3, pastel sec

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :