Les Japonais ont le saké gai !

Nous avons déjà évoqué à plusieurs reprises l’extrême courtoisie des Japonais et leur sens des conventions. La vie japonaise durant la journée est particulièrement ordonnée, au point certainement d’être parfois pesante pour les locaux, tant les manifestations de respect et de déférence à l’égard d’autrui se multiplient. Heureusement, le soir venu, il est tout à fait accepté de se détendre des efforts et de l’extrême tension de la journée (enfin, surtout pour les hommes !). Ceci fait la fortune des izakaya, sortes de tavernes où les salarymen (employés de bureau) japonais viennent boire du saké, manger quelques brochettes et socialiser un peu avant de reprendre le train vers leur domicile ou (s’ils sont vraiment très stressés !) de poursuivre la soirée dans un restaurant plus sophistiqué ou une boîte de karaoke. Les izakaya sont particulièrement concentrées aux environs des gares, comme dans le quartier de Shinjuku où nous avons fait plusieurs virées dans les allées d’Omoide Yokocho, dont le surnom de Piss Alley traduit élégamment la vocation. Quelques photos ci-dessous :

http://www.flickr.com/photos/10301605@N04/sets/72157622135545161/detail/

Si les izakaya sont essentiellement fréquentées par les salarymen durant la semaine, leur clientèle se féminise et se rajeunit à partir du vendredi soir, mais le saké garde un rôle central, parfois supplanté chez les plus jeunes (et les moins fortunés) par un verre d’excellente bière japonaise. Quoi qu’il en soit, dans toutes les villes japonaises où nous sommes sortis le vendredi ou le samedi soir, nous avons passé d’excellents moments avec des locaux rendus particulièrement loquaces par la potion magique de l’endroit et nous sommes étonnés de voir déambuler dans les rues d’Hiroshima ou Okayama des groupes d’adultes d’un certain âge aussi dignes qu’éméchés, au point d’avoir du mal à rejoindre leur taxi (dont les portes, fort heureusement -peut-être n’est-ce pas un hasard ?-, s’ouvrent automatiquement). Les Japonais ont le saké gai !

 

Le petit film ci-dessus regroupe d’ailleurs tous les éléments d’un bar à saké sympathique : une cliente drague gentiment le serveur, les bouteilles aux magnifiques étiquettes trônent sur le comptoir, des étudiants déjà fatigués tentent de passer commande, les assiettes sont garnies d’appétissantes brochettes, le cuisinier accueille les nouveaux venus et lance depuis la cuisine des blagues dont nous ne comprenons pas un mot, tout le monde rigole et… La caméra tremble sous l’effet du saké, d’où les nombreux sursauts que vous pouvez constater au cours du film ! Seule concession « locale » à la tradition du saké, nous avons fait une brève infidélité à notre nouveau breuvage favori pour goûter le shochu, alcool distillé exclusivement servi dans l’ouest et l’extrême sud du Japon et préparé, dans la région d’Okayama où nous nous trouvions ce soir-là, à base de patate douce. Pas très convaincant, mais heureusement rattrapé par quelques verres de l’excellent alcool de prune local (décidément, on a beaucoup bu…). Bref, une bonne soirée !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :