Shanghaï : la croissance à marche forcée marque la mort des quartiers anciens

Lors de nos promenades dans Shanghaï, nous avons été marqués par la profusion de bâtiments nouveaux à peine sortis de terre, tous dans des styles bien différents créant une sorte de méli-mélo de modernité. Ici un étage d’immeuble est construit en une semaine… Même Pékin en reste bouche bée ! Et comme Shanghaï a été retenue pour héberger l’Exposition Universelle de 2010, la cadence s’accélère à vue d’oeil : la ville veut s’inscrire dans l’histoire… Pour le meilleur et pour le pire. Quelle fut alors notre surprise de découvrir deux petits quartiers anciens en plein coeur de la métropole !

Voilà quelques PHOTOS du panorama urbain de Shanghai, vous y verrez un clash déconcertant entre ancien et moderne.

http://www.flickr.com/photos/36264623@N08/sets/72157621766197751/detail/

Les vieux quartiers offrent à voir une vie communautaire très provinciale, au coeur d’une ville d’environ 18 millions d’habitants. Les tables sont sorties au milieu des ruelles, les familles installées en train de discuter ou en pleine partie de jeux de société, le linge sèche au vent projetant son ombre au sol, les éviers en béton sont à l’extérieur des maisons et les pots de chambre trônent près des porches. Tout est usé, la peinture craquelée, mais les gens ont le sourire aux lèvres, et les ruelles sont d’une propreté irréprochable. On imagine les luttes de quartiers pour pouvoir continuer à vivre dans ces îlots, qui deviennent de plus en plus minuscules au fur et à mesure que les tours environnantes montent en hauteur. Shanghaï se construit et pour loger sa population à croissance exponentielle, il faut détruire, trouver de la place au sol…

Loin d’être des passéistes, nous avons toutefois senti que dans la fuite en avant, quelque chose a été perdu, une part d’histoire certainement mais aussi une identité culturelle. Shanghaï devient progressivement une ville sans saveur, fade, grise, tristement verticale…

Quelle joie de voir tout à coup les échafaudages en bambou, si caractéristiques et annonçant des rénovations. Enfin une volonté de conserver le patrimoine ! Ici, il n’y a qu’une odeur tenace de peinture fraîche, et plus du tout de nuages de plâtre partant en fumée ou le bruit des bétonneuses. Le quartier prend une nouvelle vie : les murs ont gagné en couleur.

La municipalité a compris l’intêret de préserver ces petits bouts d’histoire pour l’Exposition Universelle de 2010 : le touriste doit pouvoir s’en donner à coeur joie. Alors on joue temporairement le jeu de la préservation pour les quelques rues anciennes survivantes.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :