Rencontres photographiques

Soyons honnêtes : en 2009, il faut vraiment être motivé pour continuer à pratiquer la photographie argentique, surtout en voyage. Qui voudrait prendre le risque de mal exposer une scène importante, s’encombrer d’un stock de pellicules ou voir leur développement gâché par un laboratoire incompétent, lorsque le numérique offre une facilité d’utilisation incomparable et une qualité d’image désormais impressionnante ?

Réponse après trois mois de voyage : pas grand monde, et c’est finalement ce qui rend la chose plus passionnante encore ! En effet, le nombre d’« irréductibles » s’obstinant à pratiquer la photo argentique en dépit des contraintes logistiques a tant diminué que le seul fait d’appartenir à ce « clan » permet de faire régulièrement des rencontres originales et animées. J’ai la chance de voyager avec un vieux Leica, un petit appareil allemand maniable, extraordinairement silencieux et très prisé des passionnés pour avoir été l’outil de travail favori des principaux photo-reporters du 20ème siècle. Son look bien à part, qui le fait passer pour une vieille carcasse aux yeux des pickpockets, me vaut régulièrement des regards et commentaires attendris de la part d’anciens amateurs (genre « ça fait du bien de revoir un Leica après dix ou quinze ans… »).

Surtout, il agit comme un véritable sésame auprès des quelques irréductibles qui pratiquent encore l’argentique, qu’ils soient photographes ou tireurs. Nous avons ainsi fait quelques rencontres mémorables, à Bangkok avec un tireur professionnel aussi brillant et sympathique que désoeuvré ou au fond des jardins de la Citadelle de Hué avec un baroudeur français qui parcourt et photographie l’Asie du sud-est depuis plus de dix ans.

Plus récemment encore, nous avons rencontré à Nha Trang, station balnéaire sur la côte vietnamienne, un photographe local haut en couleurs : Long Thanh. Long, sorte de Doisneau local qui a passé toute sa vie à Nha Trang, est devenu assez connu internationalement grâce à ses magnifiques portraits et scènes de vie vietnamiennes en noir et blanc. Et son travail est effectivement exceptionnel, autant par sa maîtrise inégalée du chapeau cônique et autres formes locales typiques que par le soin qu’il apporte à ses tirages et à leur exposition – vous pouvez jeter un oeil sur http://www.longthanhart.com/.

C’est aussi un personnage attachant, passionné de beaux objets -des appareils photo aux vespas !-, mais qui semble un peu « à l’étroit » dans le milieu local. En nous voyant débarquer dans sa galerie avec un vif intérêt pour ses tirages, il était donc ravi de discuter un peu, puis beaucoup, et m’a finalement proposé de développer pour moi la vingtaine de rouleaux qui commençaient à encombrer mon sac ! Rendez-vous fut donc pris pour le lendemain, où nous avons passé une bonne partie de la journée à développer mes pellicules, parler d’appareils photo, du Vietnam et de Paris et tuer quelques moustiques. Au moment de se quitter, Long m’a proposé de retrouver ses amis photographes locaux pour l’apéritif ; pourquoi pas ?

Discussion sympa et animée, suivie logiquement du dîner… Le temps de passer prendre Anne à l’hôtel, et nous voilà partis, tous en vespa et pas forcément casqués, mais qu’à cela ne tienne, le restaurant n’est pas loin ! A peine installés et la conversation reprend de plus belle, d’un bout de la table à l’autre, le barbecue chauffe, les plats défilent et les rasades de whisky se succèdent (avec en plus quelques bouteilles de bière pour la forme). On parle beaucoup de photo, de voyages et des potins locaux. Petite pause pour prendre quelques photos de groupe en guise de trou normand, et nous bouclons notre premier dîner au whisky ! Après un mémorable retour en vespa, à peine plus inquiétant qu’à l’aller tant les conducteurs semblent habitués à de telles agapes, nous finissons la soirée dans un bar local où nous abandonnons Long en charmante compagnie, avec la promesse de se retrouver quelques heures plus tard pour une petite randonnée photo dans la campagne environnante.

Le lendemain matin, nous retrouvons le groupe, mais pas de Long – un appel à sa femme nous apprend qu’il est rentré une demi-heure plus tôt… Pas grave, c’était une belle rencontre, une convivialité fantastique et une découverte de la vespa très sympa (Anne était magnifique en amazone). C’est chouette, la photo !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :