Auteuil ? Vincennes ? Epsom ? Non, Phu Tho !

Loin des monuments touristiques, nous avons voulu, lors de notre séjour à Ho Chi Minh, partager une tranche de vie avec les locaux et nous sommes allés assister aux courses de chevaux à l’hippodrome de Phu Tho. Il nous a été difficile de nous fondre dans la masse étant donné que nous étions les seuls touristes présents et que les Vietnamiens sont extrêmement curieux… nous reviendrons sur leur surprenante curiosité dans un prochain article. Pourtant, l’expérience fut absolument passionnante.

Après la « réunification » du pays en 1975, courses et paris ont été bannis pendant de nombreuses années car ils représentaient aux yeux du pouvoir communiste une manifestation de la bourgeoisie décadente. Lorsque le pays s’est progressivement ouvert au libéralisme à la fin des années 80, l’hippodrome a réouvert et depuis attire en masse spectateurs et parieurs tous les samedis et dimanches après-midi. Mais ici, pas de chapeau ni de robe haute couture, le public est essentiellement masculin et populaire.

Même si, heureusement, nous ne l’avons pas vu de nos propres yeux, il paraît que l’implication des Vietnamiens est telle qu’ils jettent parfois des pierres sur les chevaux pour influencer les résultats… Il est dit également que les pots de vin aux jockeys en début de course sont fréquents afin qu’ils retiennent leurs chevaux.

Nous avons d’ailleurs été étonnés par l’âge des jockeys, qui pour la plupart ne semblaient pas encore avoir atteint l’âge de l’adolescence. Voyez par vous-même, lors de leur présentation au public avant la course :

Plus généralement, un autre fait a retenu notre attention. Si la folie des parieurs vietnamiens n’est plus à prouver, les tribunes ne s’enflamment pourtant pas comme on pourrait le croire à l’arrivée des chevaux. Nous sommes bien loin du tempérament latin passionné, car au Vietnam, comme dans le reste de l’Asie, cela ne se fait pas de manifester très fortement une émotion. On reste donc impassible, dans la victoire, comme dans la défaite, sous risque de perdre la face ! Seule preuve tangible de l’émotion, le niveau sonore monte :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :