« Hello, le soleil brille, brille, brille » sur la rivière Kwai…

De retour des plages du Sud, nous étions en début de semaine dernière à Kanchanaburi, petite ville au nord ouest de Bangkok en direction de la frontière birmane. Ville manifestement prospère, grâce notamment aux forêts environnantes qui alimentent l’industrie papetière, ainsi qu’au tourisme, puisqu’elle est traversée par le  tristement célèbre pont sur la rivière Kwai. Quelques photos :  http://www.flickr.com/photos/36264623@N08/sets/72157615959371598/

N’ayant jamais vu le film, nous ne connaissions que très peu le contexte historique et avons donc commencé notre visite par le principal musée local, qui met en perspective le contexte de la construction du pont et plus généralement l’occupation de la Thaïlande par le Japon en 1942-44. Grosso modo, le pont sur la rivière Kwai faisait partie de la ligne de chemin de fer que l’administration japonaise avait décidé de construire pour acheminer biens et équipements vers la Birmanie également envahie. Ce chantier a mobilisé plus de 50,000 prisonniers de guerre et près de 250,000 travailleurs forcés asiatiques, notamment birmans et javanais. Complexe techniquement, il a surtout été complété en 16 mois dans des conditions de travail et d’hygiène épouvantables. Un tiers des travailleurs y ont laissé leur vie. Musée très intéressant et bien organisé, sinon gai ! Deux surprises cependant :

– en observant la géopolitique de l’Asie du sud-est et du nord Pacifique entre 1942-45, nous nous sommes apreçus – ignorants que nous sommes- que le Japon a controlé la quasi totalité de la région pendant environ deux ans, de la côte est de la Chine à la Papouasie en passant par le Vietnam, l’Indonésie, etc.  Nous n’étions sans doute pas très attentifs, mais il nous semble que nos cours d’histoire n’ont que très brièvement mentionné cet aspect de la 2e guerre mondiale, pas si différent pourtant de ce qui se passait en Europe à la même période. Aurions-nous développé une vision de l’histoire un peu trop nombriliste en Occident ?!!!  

– A Kanchanaburi même, les différents endroits qui commémorent la construction du chemin de fer se concentrent très largement sur le sort des prisonniers de guerre  (appelés ici PoW) – notamment australiens, britanniques, hollandais et américains. S’ils ont vécu une épreuve horrible, les pires tâches étaient apparemment dévolues aux travailleurs asiatiques recrutés de force dans les régions environnantes.   Ceux-ci ont représentent près de 90% des victimes (près de 90,000 pour 16,000 PoW) et pourtant dans les musées  seulement 10% de l’attention leur est consacrée. Bizarre  ou encore une fois nombriliste de la part des occidentaux qui ont financé en partie ces mémoriaux ? Ou alors est-ce pour plaire aux nombreux touristes ?

Sur une note plus positive, nous avons profité de l’ambiance tranquille de Kanchanaburi pour transformer notre visite en séjour gastronomique. Ayant identifé un restaurant-école de cuisine alléchant, nous y sommes retournés 4 ou 5 fois en l’espace de deux jours pour goûter une multitude de plats, tous extraordinaires. Souvenirs mémorables de mangue fraîche accompagnée de riz gluant et sésame, basilic intensément parfumé (avec riz et boeuf ou poulet), soupes de nouilles fondantes, et une « gravy » (sauce brune) si légère pour qui est habitué(e) à la gravy anglaise (avis aux londoniens…). Longue visite également du marché local, ambiance très familiale, et apprentissage -lent- de la prononciation des noms de principaux plats. Laborieux mais très amusant…

Un pincée de culture, une grosse dose d’hédonisme… le bonheur !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :