Archives de Queensland

Queensland : îles paradisiaques, béton et kéké des plages

Posted in Voyage - Australie with tags , , , , , , , , on 11 novembre 2009 by Placet
Iles Whitsunday - Hamilton island

Iles Whitsunday - Hamilton island

Après Sydney, Uluru et Alice Springs, place à la côte est de l’Australie, son sable blanc et sa barrière de corail. Le mythe paradisiaque de la Great Barrier Reef et des plages australiennes va-t-il résister, et qu’allons nous trouver derrière les images de carte postale ?

Réponse après une dizaine de jours : même si les plages brûlées par le soleil ne sont décidément pas notre tasse de thé, les décors naturels au large de la côte tiennent incontestablement leurs promesses. C’est notamment le cas des îles Whitsunday, notre première étape après un passage express (deux heures, le temps de changer de bus !) à Cairns. Partis tôt le matin, nous profitons bientôt de notre première expérience de nage avec palmes et tuba pour découvrir de jolis massifs coralliens. La marée est basse, on nage tout près des coraux aux formes étranges et aux couleurs superbes. Une espèce bleue violette me tient notamment captivé, de même qu’une sorte de gros champignon à l’étrange couleur marron et aux formes psychédéliques…

Whitehaven beach

Whitehaven beach

Iles Whitsunday - Hamilton island

Iles Whitsunday - Hamilton island

Puis on remonte dans le bateau pour aller marcher sur l’île de Whitehaven, au sable parfaitement blanc et à l’eau turquoise transparente. Le soleil tape fort, mais on se retranche dans un sous-bois pour profiter d’un excellent barbecue avant de nager un peu puis de prendre le chemin du retour. Une très belle journée dans un endroit décidément pas comme les autres, voir photos ci-dessous :

Décor assez joli également sur l’île de Lady Musgrave, d’où nous découvrons quelques jours plus tard la Great Barrief Reef ou grande barrière de corail. Trajet nettement plus chaotique, une bonne moitié des passagers est malade, ce qui réjouit manifestement l’équipage.
Lady Musgrave island

Lady Musgrave island

Pour le reste, si les paysages au large de la côte sont effectivement somptueux, la fête s’arrête dès qu’on met un pied sur la terre ferme. Les villes de la côte sont sans intérêt et le bord de mer a été massacré pour faire place à des résidences touristiques sans charme et des chaînes de fast food sans saveur. Plus bas sur la côte, on atteint le comble du mauvais goût à Surfers Paradise, qui (vu du bus, nous ne nous sommes pas arrêtés !) offre un mélange architectural intéressant à mi-chemin entre l’Alexanderplatz de Berlin -pour les tours bétonnées- et Las Vegas -pour le clinquant. Apparemment, beaucoup de succès auprès des touristes locaux :-)

Great Barrief Reef

Great Barrief Reef

Mais le béton n’est pas le pire fléau du Queensland, l’Etat qui couvre la côte australienne entre Cairns et Brisbane. Non, le pire désagrément d’un séjour dans la région est le kéké des plages ! Dans sa version générique, le kéké est une espèce très répandue qu’on retrouve sur toutes les plages du monde : frimeur, vain, satisfait de lui-même, pas très malin et rigoureusement ignorant du monde qui l’entoure. Le personnage de Popeye dans Les Bronzés en quelque sorte, irritant mais inoffensif et finalement amusant à force d’être niais. Au Queensland malheureusement, le kéké a muté en intégrant des caractéristiques très australiennes. Sa tendance à l’auto-glorification dépasse l’entendement (l’un deux nous a demandé à la fin d’une conversation « si ça nous avait plu »), son coté nationaliste et donneur de leçons nous a collé des pulsions meurtrières difficiles à réfréner et son absence totale d’empathie plombe définitivement l’ambiance déjà peu enthousiasmante de la côte queenslandaise.

Nymphe whitsundienne

Nymphe whitsundienne

Comme les nombreux amis australiens que nous avions rencontrés à Londres étaient bien différents et très sympathiques, nous avons tenté de comprendre l’origine de cette particularité. Cause ou conséquence de cette « particularité locale », le Queensland était jusqu’à la fin des années 80 une république bananière dirigée par un Premier Ministre corrompu régnant d’une main de fer sur un régime étonnamment totalitaire – presse bâillonnée, opposition politique inexistante, mépris des fonctions parlementaires, discrimination contre les aborigènes et interdiction du droit de manifester. Tout ceci perfidement expliqué par des habitants de l’Etat voisin de Nouvelle-Galles du Sud et malheureusement corroboré -en pire- par de plus amples recherches… Si les exemples de tels maux sont malheureusement nombreux dans des régimes en principe démocratiques, une telle accumulation laisse tout de même rêveur, surtout il y a moins de vingt-cinq ans. Plus grave, lorsque le Premier Ministre Joh Bjelke-Petersen a enfin été poussé à la porte après la découverte d’un schéma de corruption à grande échelle au sein de la police et du gouvernement, cela faisait vingt ans que la population de l’Etat le maintenait au pouvoir. Peut-être le Queensland est-il effectivement un état à part en Australie…

Enfin, et pour revenir à nos moutons, si vous décidez malgré tout d’aller au Queensland, munissez-vous de lunettes pour vous protéger du soleil, et de boules Quies pour vous prévenir des kékés !

PS : et pour me faire pardonner de cet article grognon, une dernière photo bien touristique :

Rions un peu - apprenti plongeur sur la barrière de corail

Rions un peu - apprenti plongeur sur la barrière de corail

© Anne and David Placet and http://anneetdavid.wordpress.com, 2009. Unauthorized use and duplication of this material (texts, pictures and videos) without express and written permission from this blog’s authors is strictly prohibited.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.