Archives de fabrication artisanale de la soie

La production de la soie en image: toutes les étapes du ver à l’écharpe!

Posted in Voyage - Laos & Cambodge with tags , , , , on 19 avril 2009 by Placet

Nous avons profité de notre séjour à Siem Reap au Cambodge pour visiter les Artisans d’Angkor, une association qui forme les jeunes à des métiers de l’artisanat, et notamment à la production de la soie.

Pour moi, le processus de fabrication de cette matière a toujours été un grand mystère, alors j’ai décidé de capturer les différentes étapes à l’aide de petits films. Si vous êtes comme moi et vous demandez comment un ver peut produire une magnifique écharpe, j’espère que la lecture de ce qui suit vous éclairera.

  • La genèse : l’accouplement des deux papillons (dont le petit nom savant est les bombyx du mûrier) à leur sortie du cocon (la petite boule jaune duveteuse que vous découvrirez sur le film).

     

  • De la larve au ver : chaque femelle pond en moyenne 300 à 700 oeufs qui vont se transformer en appétissants petits vers. Ils sont nourris plusieurs fois par jour avec des feuilles de mûrier, cueillies à la main spécialement pour eux. Sur ce film vous voyez le renouvellement des feuilles.

 

  • Du ver au cocon : la chenille s’enferme dans un magnifique cocon jaune (au Cambodge en tout cas, la couleur est un peu différente en Chine et en Inde), qui va être trempé dans l’eau chaude et déroulé à l’aide d’une machine pour former le fil de soie

 

  • La teinture du fil: ici vous voyez l’usage d’une teinture naturelle mélangée à de l’eau bouillante dans laquelle le fil de soie est plongé.

  • Le tissage de la soie sur métier manuel:

Enfin, un petit truc : pour reconnaître la vraie soie du nylon ou autres imitations synthétiques, faites brûler un petit fil (pas plus !), il doit s’il est en soie sentir le cheveu brûlé, pas le plastique fondu (apparemment, on ne peut pas se tromper, même si on ne se fait pas souvent brûler le scalp !).

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.