Archives de encens

Erawan Shrine: une expérience mystique

Posted in Voyage - Thaïlande with tags , , , , , on 24 mars 2009 by Placet

Tout d’abord, vous devez-vous demander : qu’est-ce qu’un shrine ? Bonne question, à laquelle il m’est difficile d’apporter une réponse exacte, car il n’y a pas d’équivalent immédiat dans la langue française. Le terme qui s’en rapprocherait le plus serait un lieu de recueillement spirituel, ou alors un autel d’offrande. La vidéo ci-jointe vous permettra de mieux saisir le concept par vous-mêmes.

Cette visite a été notre introduction au culte bouddhique. Il s’agit d’un des plus grands shrines de Bangkok, et le fait divers suivant pourra pour vous donner une idée de l’importance du lieu et de la ferveur des Thaïlandais. Lorsqu’il y a quelques années un homme un peu dérangé s’est attaqué au shrine, la foule présente l’a battu à mort pour l’en empêcher. Quand on connaît le pacifisme des Thailandais, cela en dit long…

Le shrine est intégré à l’environnement urbain, il se trouve sous les lignes de train, à l’intersection de deux rues très passantes, près d’un grand centre commercial. Aucune barrière ne le protège de la vue ni du bruit, ce qui donne au terme de « recueillement » une définition bien différente de celle dont nous avons l’habitude : ici, pas de place pour le silence!

Une fois entré, tous vos sens sont en éveil. L’autel est surmonté d’un grand Bouddha en or, dont la tête est composée de quatre visages, pour qu’il vous regarde où que vous soyez. Les bâtons d’encens dégagent une odeur plaisante et une fumée épaisse, qui contribue à créer une atmosphère mystique. Des danseuses chantent au son de clochettes et d’un xylophone. Vous êtes plongé dans un état second, submergé.

Le rituel est le suivant : les fidèles commencent par aller acheter trois bâtons d’encens et des couronnes de fleurs jaunes. Puis, ils allument l’encens à l’une des quatre grosses bougies placées autour de l’autel. Il s’approchent de la statue de Bouddha, enlèvent leurs chaussures, s’agenouillent, joignent les mains à hauteur de leur front, en tenant l’encens pointé vers la statue. Ils s’inclinent à plusieurs reprises, puis se lèvent et placent l’encens autour de l’autel ainsi que les fleurs. Et les voilà qui se rechaussent et repartent dans le flot de la jungle urbaine aussi vite qu’ils étaient arrivés.

La vie spirituelle fait totalement partie du quotidien et les fidèles, de tous âges et de toutes classes sociales, semblent extrêmement pratiquants.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.