D’une pelouse à l’autre – en (quasi-) direct du Campo Argentino de Polo

NB : en avant-première dans cet article, j’ai enfin fait scanner -pour la première fois du voyage- quelques photos noir et blanc shootées en argentique. Petit échantillon et scan de qualité moyenne, mais c’est un premier aperçu ! Avec un peu de travail au retour, on prévoit une petite exposition et un livre de nos travaux respectifs – affaire à suivre !
 

Argentine Open

Deuxième séjour à Buenos Aires et nouvelle excursion pour assister à une épreuve sportive, cette fois-ci dans une ambiance radicalement différente : finis les cris, les chants et les insultes des stades de foot, place au glamour et à l’ambiance policée du polo. Par chance, notre retour dans la capitale argentine coïncidait en effet avec la phase finale du championnat de polo. A peine arrivés et avant que le temps ne se gâte, nous avons bondi sur l’occasion, sauté dans le métro et nous sommes rendus au stade de Palermo, dans les quartiers huppés du nord-ouest de la ville.

Campo Argentino de Polo

Avant même d’évoquer l’ambiance, qu’est-ce qui change par rapport au foot ? Quatre joueurs par équipe au lieu de onze, une toute petite balle contre une grosse, un terrain bien plus grand (forcément, ce sont les chevaux qui courent) et des parties découpées en séquences beaucoup plus courtes : huit séquences de sept minutes chacune (les chukkas ou chukkers) contre deux mi-temps de quarante-cinq au football (simple rappel pour nos lectrices). Pas facile à suivre -et encore moins à photographier- car on est le plus souvent très loin de la balle, mais la rapidité des chevaux et la maîtrise des joueurs sont impressionnantes.

Argentine Open - Campo Argentino de Polo

Campo Argentino de Polo

Au fait, d’où vient le polo ? S’il a souvent une image très britannique, le polo est en fait apparu pour la première fois en Perse, quelques siècles avant notre ère. D’abord jeu d’entraînement pour unités de cavalerie et bataille miniature pour tribus guerrières, il est devenu le sport préféré de la noblesse iranienne des deux sexes avant de s’étendre au Moyen Age à l’ensemble du continent asiatique. Le nom polo serait d’ailleurs dérivé du tibétain pulu, qui signifie « balle ». A la fin du 19è siècle, des soldats anglais qui pratiquaient le polo à Calcutta l’ont exporté vers l’Angleterre, qui s’est hâtée de codifier les règles sur la base desquelles elle a contribué à lui donner un rayonnement mondial. Sport olympique entre 1900 et 1939, le polo a ensuite vu sa popularité décliner (sport élitiste, mal adapté à la diffusion TV) au point de n’être plus pratiqué professionnellement que dans une quinzaine de pays. Il connaît toutefois un net regain de popularité depuis quelques années, notamment en Asie du sud-est.

Argentine Open

Argentine Open - Campo Argentino de Polo

Aucun souci d’assiduité en Argentine, le pays domine le polo au niveau mondial, organise les trois principaux tournois et continue à former les meilleurs joueurs ! Le 116è Argentine Open s’annonce donc très relevé, les huit équipes participantes ont un classement d’au moins 31 et jusqu’à 40 (le maximum possible) pour les meilleures. Et dès le premier match, nous sommes impressionnés par la qualité du spectacle : les joueurs n’hésitent pas à écarter le jeu et à imposer à leurs chevaux courses folles et changements de direction brutaux, et les contacts ne sont pas rares. Le jeu est très construit, chaque joueur à son rôle (organisateur, attaquant, défenseur) et des buts très rapides succèdent à des phases de jeu beaucoup plus longues où aucune équipe ne parvient à faire la différence. Les chevaux sont constamment sollicités et les joueurs changent fréquemment de monture, parfois en cours de jeu.

Argentine Open - préparation des chevaux

Nous avons d’ailleurs passé de longs moments à l’écart du terrain à observer l’équipe qui prépare les chevaux, les harnache et les soigne ou réajuste leurs fers lorsqu’ils reviennent se reposer, ruisselants, après de longues courses échevelées. Moments pleins de calme et de sérénité où les jeunes assistants comme le maréchal-ferrant arrivent à créer une relation de confiance avec des chevaux parfois nerveux afin que ceux-ci, une fois en piste, obéissent parfaitement aux commandes des joueurs. Une gamme de montures performantes est d’ailleurs essentielle à la compétitivité d’une équipe, et nous avons été surpris de voir que chaque joueur participant au tournoi utilisait plus d’une dizaine de chevaux, dont les caractéristiques et l’ascendance sont soigneusement détaillées dans la brochure de présentation des équipes. Une industrie significative et certainement lucrative de la reproduction et de l’élevage s’est d’ailleurs développée autour du polo et certaines des équipes se financent en partie de cette façon.

Campo Argentino de Polo

Argentine Open

Spectacle unique en tout cas et complètement nouveau pour nous, avec même un peu de suspens dans le dernier match auquel nous avons assisté et qui a vu la victoire des outsiders Indios Chapaleufú sur Ellerstina, le favori du tournoi qui n’avait plus été battu depuis douze matches en tournois officiel. Score final de 14 à 13, 13 buts marqués par Ellerstina contre 8 à Chapaleufú mais le handicap de 6 points avec lequel Ellerstina débutait la partie (handicap d’équipe de 40 contre 34) lui a été fatal… Scènes d’après match détendues et chaleureuses dans le stand des vainqueurs, avec des enfants courant dans tous les sens alors que conjoints et amis viennent féliciter les joueurs couverts de poussière. Ambiance plutôt familiale, renforcée par le fait que les meilleures équipes sont constituées en partie (voire en totalité pour une des équipes inscrites) de joueurs de la même famille. Un sport décidément à part !

Argentine Open - ambiance des gradins

Argentine Open - public

Un petit bémol pour terminer sur l’ambiance : à notre première visite notamment, l’atmosphère était plus proche d’une garden party que d’une épreuve sportive et on en aurait presque oublié d’aller voir le jeu tant le spectacle était cocasse sur l’allée centrale et dans les stands des sponsors. Le stade ressemblait alors à une concession Mercedes et le public, digne du festival de Cannes, semblait plus soucieux de networker ou de s’afficher (bizarrement, beaucoup de femmes très jeunes et tentant d’être jolies et de monsieurs plus âgés et très fiers) que de profiter du spectacle sur le terrain. On se serait cru en deuxième semaine de Roland-Garros – bof bof. Même si une bonne dose de « réseautage » est indissociable de ce type d’événements, on était assez contents à notre second passage, un jour de semaine, de retrouver un public plus passionné et des gradins enfin animés. On reste loin de l’ambiance footeuse du superclasico, mais on s’éloigne un peu de Gala et Paris Match !

© Anne and David Placet and http://anneetdavid.wordpress.com, 2009. Unauthorized use and duplication of this material (texts, pictures and videos) without express and written permission from this blog’s authors is strictly prohibited.

4 Réponses to “D’une pelouse à l’autre – en (quasi-) direct du Campo Argentino de Polo”

  1. Les Dumas Says:

    Magnifiques photos ! J’aime beaucoup ! Bravo.

  2. anneetdavid Says:

    Merci beaucoup ! Encouragé par ton commentaire, j’ai même agrandi le format des photos dans l’article :-) Toujours ravis de vous compter parmi nos lecteurs assidus ! Toujours contente de ta reprise, vous retrouvez bien votre rythme ?

  3. même reflexion!!!superbe photos!!!
    grs bsx à vous deux!!

  4. Les Dumas Says:

    Oui, contente d’avoir repris le boulot. Mais cette situation n’est pas idéale : à 50% j’ai l’impression de ne pas avoir le temps de faire grand chose au boulot et je ne me sens pas super efficace. Du côté des enfants, j’ai l’impression de courir partout : en plus depuis que j’ai repris, les petites ont enchaîné gastro, rhino et conjonctivite…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: