Le conflit des générations…

La politique de l’enfant unique, tarte à la crème de la société chinoise ou réalité ? En six semaines passées en Chine continentale, nous ne comptons plus les familles avec un seul enfant que nous avons croisées, notamment dans les grandes villes. Pourtant, selon les chiffres officiels, seulement 35% de la population chinoise est actuellement concernée par cette politique. On a donc décidé de creuser un peu et de se demander quelles pourraient en être les conséquences à long terme. Allons-y !

Tout d’abord, en dépit de certains assouplissements et aménagements de vocabulaire, la « politique de planning familial » selon les termes officiels est une réalité bien concrète ; ses grandes lignes sont clairement énoncées et de lourdes pénalités financières prévues en cas de non respect (amendes, non-délivrance du hukou - livret de famille et de résidence nécessaire pour percevoir des prestations sociales essentielles telles que soins de santé et enseignement gratuit).

Ensuite, il est clair également que cette politique n’est pas uniformément appliquée, ce qui explique que le taux de fécondité reste proche de 1,8 enfant par femme. En effet, elle ne s’applique qu’à l’ethnie dominante, les Han (90% de la population mais seulement 52% des naissances entre 2000 et 2005), et les familles rurales (plus de 50% de la population) ont « droit » à deux enfants (si le premier est une fille !), ainsi que -dans certaines provinces- les couples composés de deux enfants uniques. De plus, une dispense est possible pour les familles disposées à payer une amende, ce qui a permis à de nombreux Chinois aisés ou ayant les bonnes relations de contourner ce règlement. Enfin, un nombre croissant de femmes optent pour un -coûteux- accouchement à Hong Kong, où cette loi ne s’applique pas. Tout ceci n’arrange pas une « fracture sociale » en constant accroissement et qui préoccupe particulièrement les autorités.

La politique de l’enfant unique a été largement critiquée, bien sûr pour les problèmes éthiques qu’elle pose et les excès qu’elle occasionne (avortements et stérilisations forcés, abandons et infanticides de petites filles), mais aussi pour une « efficacité » finalement douteuse : l’essentiel de la baisse de fécondité constatée en Chine depuis cinquante ans s’est effectuée dans les années 1970 (de 5,75 à 2,75 enfants par femme) sous la politique du wan-xi-shao («mariage tardif, naissances peu rapprochées et peu nombreuses »), se poursuivant mais à un rythme plus lent depuis la mise en place de la politique de l’enfant unique en 1979. Les autorités chinoises affirment que la population serait supérieure de près de 400 millions sans cette politique ; difficile à vérifier, mais quand bien même ce serait le cas, n’y aurait-il pas eu des moyens moins drastiques d’atteindre cet objectif, notamment par un mélange d’éducation et d’information ?

Politique de l’enfant unique ou non, la pyramide des âges chinoise a connu au cours des cinquante dernières années un bouleversement sans précédent dans l’histoire ; son vieillissement est comparable, à l’échelle d’une ou deux générations, à ce qui s’est produit en Europe en cent cinquante ou deux cents ans, une politique extrêmement volontariste ayant accompagné une croissance économique rapide. D’un point de vue social, l’attention des familles est désormais concentrée sur des enfants choyés, ce qui bouleverse une société traditionnellement basée sur le respect des anciens. Sur le plan économique, les « populations dépendantes » ont glissé en une génération des enfants vers les personnes âgées et l’absence d’un système de retraites généralisé a incité de façon croissante les Chinois à épargner, les personnes âgées n’étant plus en mesure de compter sur le soutien de leurs enfants comme ils le faisaient traditionnellement. Ce problème du « quatre deux un » (quatre grands-parents et deux parents pour un enfant unique) fait peser sur les nouvelles générations un poids financier énorme, qui a récemment amené la ville de Shanghai a encourager les couples formés de deux enfants uniques à avoir deux enfants plutôt qu’un !

Quoi qu’il en soit et pour conclure sur une note plus gaie cet article aride et déprimant, ci-dessous deux observations plus personnelles qui jettent une lumière intrigante sur les conséquences possibles de cette politique :

  • Le déséquilibre croissant entre naissances de garçons et de filles (120 pour 100 actuellement) pose un problème sérieux ; le quotidien « China Daily », qui véhicule en langue anglaise les vues du parti communiste, s’inquiétait il y à quelques jours de l’obligation « mathématique » pour une partie des jeunes filles chinoises d’épouser des étrangers, et des « conséquences sociales négatives » (sic) que ceci pourrait avoir. On aimerait en rire mais vu le degré d’ouverture à la différence que nous avons constaté pendant notre séjour, on le croit sans difficulté…

  • Enfin, le syndrome du « petit empereur », enfant unique choyé par des parents d’une génération « laissée pour compte » par les années Mao, va poser un problème fondamental. Je n’aime pas dire du mal des enfants uniques (et pour cause, je n’ai ni frère ni soeur !) mais ceux qu’on a croisés ici étaient pour la plupart mal élevés, arrogants et franchement insupportables. Alors que la Chine a depuis trente ans basé sa croissance économique sur un réservoir de main d’oeuvre abondant, peu coûteux et prêt à supporter des conditions de travail terriblement difficiles pour économiser rapidement de l’argent, l’arrivée d’une nouvelle génération bien plus gâtée et exigeante va sérieusement changer la donne. Tout un modèle de développement à réinventer ?

About these ads

Une Réponse to “Le conflit des générations…”

  1. La dernière observation me parait fondamentale et pourtant rarement évoquée. L’évolution des mentalités et comportements d’une génération choyée succédant à des générations de souffrances diverses n’ira pas sans conséquences économiques. La dureté individualiste des relations économiques va-t-elle s’assouplir ? Ou au contraire l’individualisme va-t-il se renforcer, mâtiné d’une pincée d’hédonisme ? Que sera la Chine de 2030 ???

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :