A la découverte d’Angkor: ses temples… et ses enfants

Première étape de notre itinéraire cambodgien : les temples d’Angkor et la ville de Siem Reap.

Je ne vous cache pas notre très grande impatience et notre fébrilité à l’idée de visiter ce lieu mythique. Nous en avions tellement entendu parler, pourtant nous ne savions pas très bien à quoi nous attendre. Dans un reportage, certaines photos nous avaient laissé imaginer un lieu sauvage et perdu au milieu d’une jungle foisonnante ; mais le flux touristique important nous poussait à croire que de nombreux aménagements avaient rendu le lieu très praticable. Dilemme : faillait-il emmener une machette pour se frayer un passage au milieu d’une végétation dense, craindre cobras (nombreux dans la région) et araignées à taille déraisonnable ? Pas nécessaire, loin de là. Nous avons certes trouvé une forêt tropicale, mais largement manucurée.

Il faudrait au moins une semaine pour presque tout visiter, tellement les vestiges sont nombreux et dispersés. Mais une boucle de deux jours intensifs nous a permis de voir beaucoup de temples : des plus sauvages comme Ta Phrom où des arbres gigantesques ont littéralement poussé au milieu des murs (voir les photos – lien au bas de l’article), aux plus sublimes comme Angkor Wat (un des plus récents datant du 12ème, alors que les plus anciens datent du 9ème siècle). Nous avons été étourdis par la beauté du lieu ! Notre coup de coeur va incontestablement au lever de soleil sur Angkor Wat . Je vous laisse admirer le site par vous même.

 PHOTOS : http://www.flickr.com/photos/10301605@N04/sets/72157616855605479/show/

Autre aspect étonnant et tout à fait inattendu de cette visite, les rencontres avec « les enfants des temples ». Ils sont nombreux à vivoter du tourisme depuis leur plus jeune âge (3 à 4 ans !). Ils sont toujours présents sur les sites, en groupe, des panières de cartes postales, de T-shirts, de bracelets, accrochées à l’épaule. Ils sont trop pauvres pour aller à l’école (qui coûte 1 à 2 US$ par jour, une vraie fortune pour les locaux) et leurs maigres revenus sont essentiels à la survie de leurs familles. Pourtant, ils sont étonnants d’intelligence, car dès le plus jeune âge, ils apprennent à parler l’anglais au contact des touristes (le coréen, le chinois et le japonais, nous a-t-on dit également, mais nous n’avons pas pu tester), et  certains sont capables de tenir une longue conversation. Même si systématiquement elle commence par : « achète moi des cartes postales, 1US$ les 10 » ou encore « 5 bracelets, 1$, lady please… », si on prend patience, qu’on leur demande leur nom et qu’on pose quelques questions, parfois on est récompensé par de joyeuses conversations. Leur masque rigide de business man ou woman fond enfin et laisse échapper une joie toute enfantine, espiègle et spontanée, malgré la misère si présente. C’est ainsi que nous avons rencontré Amine, jeune fille de 13 ans, flirteuse et pleine de vie. Vous la verrez en photo auprès de Silam, sa petite copine de 6 ans. Ou encore, cette longue conversation avec Ly, 14 ans, aîné d’une fratrie de 8 et orphelin de père. Dans un anglais presque parfait, il nous a expliqué la pauvreté d’un pays qui a tant souffert, exterminant 2 millions de ses 7 millions d’habitants de 1975 à 1979. Selon lui, il n’y a aucun espoir pour les jeunes ne venant pas des quelques familles devenues riches grâce à la corruption. Il était très amer face à un pouvoir politique qui détourne les fonds publics et qui n’assure aucune protection sociale, ni système de santé, ni éducation efficace à ses citoyens. Aucune chance, nous a-t-il dit, pour lui de s’en sortir ici. Il rêve de partir ailleurs, peut-être en Malaisie pour vivre mieux, mais il n’arrive pas à réunir l’argent nécessaire pour le voyage, car il doit prendre soin de sa famille.

Des paroles trahissant des conditions de vie plus que précaires, qui  malheureusement poussent  ces familles à trouver des solutions de court terme et sacrifier toute chance de se construire un meilleur avenir…

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: